Magazine en ligne
Du monde de la spiritualité

Le Confucianisme: Une doctrine humaniste

Vous avez certainement entendu parler du Confucianisme sans jamais trop savoir ce dont il s'agissait ?

Envie d'en savoir un peu plus sur cette philosophie chinoise ?

Notre article vous en apprend davantage.

Confucius: Un des plus grands sages de l’histoire chinoise à la doctrine humaniste

Le Confucianisme n'est pas à proprement parler une religion mais plutôt une philosophie humaniste qui rassemble aujourd'hui plus de 6 millions d'adeptes principalement en Asie et surtout en Chine. Cette doctrine est fondée sur l'enseignement du philosophe Confucius (551-479 av. J.-C.), un sage du pays de Lu, principauté située au sud de l'actuelle province du Shandong

Confucius est un sage né en 551 av JC dans la région du Shandong en Chine. A l'âge de 3 ans, il perd son père alors gouverneur de la Province de Lu. Malgré la dureté de l'existence, l'enfant reçoit une éducation de haut niveau basée sur les traditions culturelles de la dynastie Chou.

Il fut d'abord enseignant privé avant d'être appelé aux plus hautes fonctions de l'état et de devenir à 50 ans, magistrat chargé de la justice dans le gouvernement de Lu. Son action est auréolée de succès grâce à ses réformes qui rendent la justice plus équitable. Selon lui, son époque est minée par l'obscurantisme du pouvoir féodal, le déclin du pouvoir politique central et la décadence morale.

L'exil, puis la propagation de sa pensée

Victime d'intrigues et de conspiration, Confucius doit quitter son poste de magistrat  4 années plus tard. Vont suivre 14 ans d'exil qu'il va mettre à profit pour s'entourer de disciples et propager ses idées dans tout le pays. Le sage déplorait l'absence de morale et de principes éthiques sous la dynastie Chou. Il conseillait de renouer avec les principes et les préceptes enseignés par les sages de l'Antiquité et relatés par les auteurs anciens de la littérature chinoise. Selon lui, pour que l'Etat connaisse bonheur et prospérité, les gouvernants se devaient de mener une existence irréprochable pour inciter les citoyens à suivre leur exemple.

Il élabore alors une sorte de philosophie pour édicter une norme de comportement humain, basée sur un système rituel et une doctrine morale et sociale. Il revient en 483 dans sa ville natale où il mène, jusqu'à sa mort en 479, une vie retirée consacrée à étudier les auteurs anciens. Ce sage a été reconnu de son vivant comme un grand penseur avant d'être considéré plus tard comme un personnage surnaturel.

L'enseignement de Confucius n'a pas été écrit par lui mais transmis par ses disciples. Cette doctrine est relatée dans les «cinq livres canoniques» qui en expliquent l'essentiel.

L'école philosophique créée par Confucius est l'école Jou. Pendant plus deux siècles après sa mort ses idées furent complétées et embellies par deux philosophes et disciples du sage, Mencius et Siun-Tseu. Enseignants de la morale confucéenne, ils aspiraient à des réformes politiques. Selon eux, le souverain qui appliquerait les préceptes et la philosophie du sage, deviendrait le grand dirigeant de la Chine.

Les principes du Confucianisme: 6 concepts clés

La pensée de Confucius est une philosophie humaniste selon laquelle la réforme d'un Etat, d'une collectivité n'est possible que si elle commence par la remise en question et l'amélioration de chaque individu et de sa famille. Le sage considérait que l'homme doit trouver son équilibre, se comporter et agir en fonction de 6 vertus principales :

  • La bonté
  • La droiture
  • La bienséance
  • La sagesse
  • La loyauté
  • Le respect des parents et celui de la vie et de mort

Pour atteindre la noblesse de l'esprit et l'équilibre dans la vie, le sage recommande de suivre 6 principes fondamentaux : 

Le Li, un principe qui invite à agir de manière pondérée. «L'homme honnête est lent et la parole prompt à l'action ». La plupart des problèmes viendrait du fait de l'impulsivité. Il faut mesurer ses propos et ne jamais promettre ce que l'on ne pourra pas tenir

Le Ren qui symbolise l'humanité, la charité, la bonté que tout humain doit manifester vis à vis de ses semblables. Il résume le précepte «ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse»


Le Yi qui s'apparente au Ren mais dans une optique plus axée sur la justice au sens pratique du terme. La meilleure manière de protéger ses intérêts est de ne rien faire qui aille à l'encontre de ceux des autres.

Le Xiao qui évoque l'importance d'être respectueux et affectueux envers ses parents. Nos ancêtres ont réalisé des efforts et des sacrifices pour en arriver là. Le respect des aînés joue un rôle majeur dans la philosophie confucéenne.
 

Le Chu qui relate la nécessité de bonnes relations et d'un bon équilibre entre les citoyens et l'Etat, dans sa famille, dans sa communauté... Chacun doit connaître son rôle, trouver sa place, son équilibre et veiller à toujours adopter la bonne attitude.

Le Chung représente la loyauté, le dévouement, les bonnes intentions. Un individu ne peut s'épanouir que lorsqu'il a trouvé l'activité qui lui convient vraiment. On ne peut être heureux qu'en accomplissant quelque chose qui nous apporte du plaisir.

Selon Confucius, la musique joue un rôle très important car elle symbolise l'ordre et l'harmonie. Elle permet d'exprimer ses sentiments les plus nobles. A l'époque du sage, la musique telle qu'elle existait était dénommée « musique classique confucéenne". Elle existe encore et se trouve toujours pratiquée en Asie, principalement en Corée.

Le Confucianisme n'est pas assimilé à une religion

Bien que la question ne se soit jamais posée dans le contexte culturel chinois, on ne peut assimiler le Confucianisme à une religion véritable. L'autorité reconnue à ce grand sage n'est pas la même que celle attribuée au Christ ou à Bouddha. Les rites confucianistes sont définis de façon dogmatique par des lettrés. L'enseignement repose sur des ouvrages connus sous le nom des «5 livres canoniques».

Se connecter  |  Inscription  |  Pas encore inscrit ?  |  Mes consultations
Liste des profils de consultants visités récemment